Two Door Cinema Club - Tourist History

Two Door Cinema Club - Tourist History

Oubliez le botox et l'antiride. Avec Two Door Cinema Club, vous plongerez dans une électro vivifiante qui vous fera retrouver votre prime jeunesse. Le disque indispensable de ce début d'année.

Loué soit Kitsuné. En huit ans, le label de maxis a grandi, se spécialisant d’abord dans les compilations, avant de se jeter dans le grand bain et de proposer de solides albums d’artistes. Après Delphic il y a tout juste un mois, qui se proposait de revisiter son héritage mancunien à grand renfort de références à New Order ou Happy Mondays, les Irlandais de Two Door Cinema Club débarquent avec un premier album qui ferait rougir de honte Bloc Party ou Franz Ferdinand. Le tout jeune trio, croisement juste parfait entre Phoenix et Foals coincés sur un dancefloor, possède une énergie dingue et concasse en 32 petites minutes des années de croisement entre club et rock indé. Imparables, les dix pistes de Tourist History n’offrent aucun répit à l’auditeur, entraîné dans un maelström de lignes de basse, de synthés et de ryhtmes sautillants, au service de chansons irrésistibles, qui sont toutes des tubes immédiats. Il suffit d’écouter Undercover Martyn, Something Good Can Work ou I Can Talk pour les avoir en tête le reste de la journée. Il y a une immense positivité dans ces dix titres, qui démarrent pied au plancher et poursuivent leur progression à 100 à l’heure. Bien sûr, le trio nord-irlandais n’a rien inventé de nouveau, mais cette bouffée d’oxygène (l’une des meilleures livraisons de l’histoire du label) procure suffisamment de plaisir pour succomber à cette parfaite pop instantanée. Ce n’est pas tous les jours qu’on retrouve l’énergie de ses 15 ans à l’écoute d’un disque.