SIGUR RÓS ENCHANTE LE ZÉNITH

SIGUR RÓS ENCHANTE LE ZÉNITH

Avant d’entamer une tournée internationale à l’occasion de la sortie de leur dernier album, les ovnis islandais de Sigur Rós se sont posés le 15 novembre dernier au Zénith de Paris. Francis Zégut s’est rendu en famille au concert de ces magiciens venus du froid et nous fait partager ce moment unique dans un live report empreint de poésie. Pour découvrir avec lui l'univers de Sigur Rós, SFR Music vous propose de regarder le clip de Vid Spilium Endalaust.  

Depuis presque dix ans − depuis Ágætis Byrjun −, je passe Sigur Rós sur différentes ondes hertziennes. Pourquoi, comment, devenir un disciple de Sigur Rós ? C’est difficilement explicable : peut-être le besoin de rêve, de voyage, de poésie, d’un autre monde musical… Toujours est-il que l’addiction fut immédiate. Les albums se succèdent, et confirment le statut d’une planète Sigur Rós, une musique différente de toutes les autres, génératrice d’émotions sismiques, de vertigineuses plongées dans un océan de mélancolie. Sigur Rós est l’une des meilleures apparitions de ces dernières années, jusqu'à devenir une bible pour divers humains : Dave Gahan de Depeche Mode, Brian Molko de Placebo, Roger Taylor de Queen, Oli de Sat d’Indochine, et ma fille Sara, sept ans.

 

En hiver 2007, sort Heima, un DVD retraçant une série de concerts sauvages donnés en Islande. Un dimanche de novembre 2007, j’ai glissé le DVD dans le lecteur, je me suis assis dans le canapé, ma fille juste à côté de moi. Dès les premières notes, les premières images, j’ai vu ses yeux s’ouvrir, s’illuminer : elle venait de tomber sous le charme. Depuis ce temps là, elle me demande chaque soir d’écouter Sigur Rós pour s’endormir, elle choisit les titres, et part dans de jolies pensées afin de traverser une nuit étoilée.
Je me suis dit : "Lorsque Sigur Rós passe en concert, on y va en famille". Une première expérience réalisée samedi 15 novembre 2008.

 


Nous sommes donc arrivés, au Zénith de Paris. Une première partie islandaise, For A Minor Reflection nous immerge très vite dans le monde d’un Sigur Rós sans parole. De longues plages musicales alternent rock et minimalisme, plénitude et paroxysme, provoquant des salves d’applaudissements.

http://www.myspace.com/foraminorreflection

 

Après un entracte raisonnable, le "noir salle" (extinction des lumières avant le début d’un spectacle, ndlr) est fait. Sur scène, les flammes de quelques bougies scintillent et dansent sur les premières notes de Svefn-G-Englar. Le public de tous âges, de tous sexes, de toutes conditions, est instantanément captif. Les yeux rivés sur la scène, c’est une ovation aux musiciens qui s’avance. Dès le premier titre, nous nous regardons, Caroline, ma femme, et ma fille Sara. Waouh ! C’est bon, de vivre ça ensemble ! Ný Batterí (toujours extrait d’Ágætis Byrjun) continue le prêche. Incroyable Jónsi… Vêtu de noir, le longiligne chanteur islandais sorti d’un film de Tim Burton, arc-bouté, "scie" sa guitare avec un archer de violoncelliste. D’une facilité vocale incroyable, il place des notes d’une autre galaxie. Mais comment font-ils, à quatre, pour sortir ce son ?

 

Jónsi qui parle au public parisien ? Mais oui ! Il nous demande de chanter ensemble, ce que nous faisons de bonne grâce, et le groupe de commencer à jouer sur cette gigantesque chorale d’un soir. Sæglópur (extrait de Takk…) est accompagné par l’apparition d’un mur d’eau, et le bruit de la pluie qui tombe envahit la salle. Magique !


La part belle est faite au nouvel album Með Suð ? Eyrum Við Spilum Endalaust, avec la venue sur scène des musiciens de For A Minor Reflection, équipés de tambours. Jónsi reprend la parole, il demande à ceux qui sont assis de se lever, et à tout le Zénith de taper dans ses mains le rythme tribal de Gobbledigook, morceau qui s’achève par la projection de milliers de confettis multicolores.


C’est la fin du set, après cette intense communion, et nous applaudissons à tout rompre. Des cris, le martèlement des planchers à grands coups de pieds, standing ovation ! Mais oui, c’est ça Sigur Rós en "live" ! 

 

Ils reviennent pour un rappel qui se termine par Popplagið sur une incroyable tempête de neige, pour nous rappeler qu’ils viennent d’Islande, là-haut dans l’Atlantique nord, là où se croisent la glace et le feu, là où est né Sigur Rós !

 

Setlist :
Svefn-g-Englar / Ný Batterí / Fljótavik / Við Spilum Endalaust / Hoppípolla / Með Blóðnasir / Inní Mér Syngur Vitleysingur / Sæglópur / E-bow / Festival / Hafsól / Gobbledigook.
Rappel :
All Alright / Popplagið.

 

 

Clip : Vid Spilium Endalaust